cinema asie jet li
Asie Passion .com
Cinéma - les artistes

-[ Actrices
:: Angela MAO
:: CHENG Pei-pei
:: Xu FENG
:: Cynthia KHAN
:: Michelle YEOH
:: ZHANG Ziyi
-[ Acteurs
:: Bruce Lee
:: Jackie CHAN
:: CHEN Kuan-Tai
:: David CHIANG
:: CHOW Yun Fat
:: FU Sheng
:: Tak-Hing KWAN
:: Jet LI
:: Gordon LIU Chia-hui
:: TI Lung
:: Jimmy WANG Yu
-[ Réalisateurs
:: Cheh CHANG
:: King HU
:: Chia-Liang LIU
:: TSUI Hark

Cinéma - les Films

-[ Sorties en salle
:: Cradle 2 the grave
:: Bulletproof monk
:: Hero
:: Kiss of dragon
:: Rush hour 2
:: Shanghai Knights
:: The One
:: The Tuxedo
:: Windtalkers
-[ Best of Action
:: Armour of god
:: God of gamblers
:: Police Story
:: Police Story 3
:: Royal warriors
:: Time and Tide
-[ Best of Drame
:: Temptress moon
:: Shangai triad
:: The road home
-[ Best of Kung-fu
:: Once upon a time in China
:: Once Upon a time in China 2
:: Shaolin vs ninja
:: The disciples of Shaolin
:: The one-armed Boxer
:: [..] vs. the flying guillotine
-[ Best of Policier
:: Gunmen
-[ Best of Sabre
:: Come drink with me
:: Crouching tiger hidden dragon
:: The magic blade
:: The valiant ones

Kiss of the dragon

En français : Le Baiser Mortel du Dragon (sortie 1er août 2001 en France)

En dépit d'un score honorable de 55 millions $ au box office américain, Romeo must die était le type même du film américain d'une star hong-kongaise (si l'on excepte Enter the Dragon - Opération Dragon avec Bruce Lee) : une action gâchée par son américanisation et une narration insipide. Au final, les fans de Jet Li (déjà acteur-culte aux Etats-Unis par le biais de la vidéo pirate depuis quelques années) restaient encore sur leur faim, alors que les néophytes se montraient peu convaincus. 

Après avoir refusé de jouer dans Crouching Tiger, Hidden Dragon - Tigre et Dragon (pour incompatibilité d'emploi du temps), son rôle échouant finalement a Chow Yun-fat, ainsi que dans les séquelles de Matrix (pour salaire insuffisant), Jet Li avait-il laissé passer la chance de devenir presque 30 ans après le nouveau Bruce Lee ?

Ne trouvant aucun projet valable aux États-Unis, Jet Li et son agent se tournent vers Luc Besson et la France. Sur une idée originale de Jet Li, Besson produit et co-écrit (avec Robert Mark Kamen, scénariste de la série des Karate Kid), ce Kiss of the Dragon. C'est le débutant Chris Nahon, jusque-la réalisateur de pubs, qui s'attelle a la mise en scène.

Si Romeo must die était sorti dans l'anonymat, Kiss of the Dragon bénéficie en revanche d'une couverture médiatique plus importante. Ainsi, Entertainment Weekly (la bible hebdomadaire américaine des spectacles), le week-end de sa sortie, y va de son article sur Jet Li et d'une critique (Kiss of the Dragon étant le film de la semaine) plutôt bonne (le film s'en tire avec la note B). Alors, Kiss of the Dragon a-t-il le potentiel pour conquérir l'Amérique, voire même le monde? Si certains éléments plaident en sa faveur, d'autres, en revanche, laissent pour le moins dubitatif.

Contrairement a Romeo must die, Jet Li a eu avec Kiss of the Dragon les coudées franches, amenant avec lui son fidèle complice Corey Yuen (réalisateur de Fong Sai Yuk I & II) pour chorégraphier les scènes de combat. Dépourvus de toute fantaisie (non, on ne voit pas Jet Li voler comme dans Once upon a time in China), ceux-ci constituent l'essentiel (quoi de plus normal dans un film de Jet Li) de l'action du film, avec un final comme de bien entendu homérique, sans oublier un hommage (?) a Fist of Fury-La Fureur de vaincre.

Mais se déroulant a Paris de nos jours, Kiss of the Dragon se présente sous les apparences d'un film d'action, ce qui lui évite l'handicapant catalogage "film de kung-fu". Et même si Besson n'est que producteur, la patte de ce dernier se fait tout de même sentir, notamment dans la scène d'introduction qui fait inévitablement penser a Nikita.

Interprétant un personnage (Liu Jian) qui tient plus du super-héros que du super flic, Jet Li a manifestement bien progresse en anglais. On regrettera pourtant sa composition quelque peu inexpressive et monolithique. Lui faisant jouer un personnage dénué de tout humour et de chaleur humaine, Besson et ses acolytes semblent avoir oublier que Jet Li n'est pas juste un artiste martial, mais également un acteur accompli.

Dans le rôle du méchant, Tcheky Karyo (Jean-Pierre Richard) semble prendre un malin plaisir a en faire des tonnes. Au final, son personnage est tellement cruel et ignoble qu'il en perd toute crédibilité. De la même façon, ses exactions en plein cour de Paris sont totalement irréalistes.

Quant a Bridget Fonda, elle joue le conventionnel role de victime. L'alchimie entre elle et Jet Li est inexistante. Les scènes qu'ils ont ensemble ne font en fait qu'alourdir le rythme du film, meublant un scénario aux lacunes plutôt graves.

Alors que la mise en scène parvient bien a mettre en valeur le style et la rapidité de Jet Li, on pourra tout de même reprocher a Chris Nahon une surenchère inutile, parfois même malsaine, dans une violence qui se situe parfois a la limite du gore. Il ne peut s'empêcher également de nous ressortir pour la énième fois les cliches inhérents au film d'action américain (!).

Bien qu'il donne l'occasion pour la première fois au grand public de découvrir le véritable Jet Li, Kiss of the Dragon souffre malgré tout de (gros) défauts qui devraient obliger ce dernier a patienter encore un peu avant de devenir une grande star aux Etats-Unis (précision: lors de son premier week-end d'exploitation aux Etats-Unis, Kiss of the Dragon a engrange l'honnête somme de13,6 millions $, se situant a la quatrième place du box office).

Article de Danguyen

 


Les Autres Thèmes
Communiquer
-[ Recommander le site
-[ Livre d'Or
La rédaction
-[ Qui sommes-nous ?
-[ Partenariat et liens
-[ Contactez-nous
 
Copyright © 2000-2006 WebZine AsiePassion.com - Réalisation Bruckernet.com
Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster.