cinema asie jet li
Asie Passion .com
Cinéma - les artistes

-[ Actrices
:: Angela MAO
:: CHENG Pei-pei
:: Xu FENG
:: Cynthia KHAN
:: Michelle YEOH
:: ZHANG Ziyi
-[ Acteurs
:: Bruce Lee
:: Jackie CHAN
:: CHEN Kuan-Tai
:: David CHIANG
:: CHOW Yun Fat
:: FU Sheng
:: Tak-Hing KWAN
:: Jet LI
:: Gordon LIU Chia-hui
:: TI Lung
:: Jimmy WANG Yu
-[ Réalisateurs
:: Cheh CHANG
:: King HU
:: Chia-Liang LIU
:: TSUI Hark

Cinéma - les Films

-[ Sorties en salle
:: Cradle 2 the grave
:: Bulletproof monk
:: Hero
:: Kiss of dragon
:: Rush hour 2
:: Shanghai Knights
:: The One
:: The Tuxedo
:: Windtalkers
-[ Best of Action
:: Armour of god
:: God of gamblers
:: Police Story
:: Police Story 3
:: Royal warriors
:: Time and Tide
-[ Best of Drame
:: Temptress moon
:: Shangai triad
:: The road home
-[ Best of Kung-fu
:: Once upon a time in China
:: Once Upon a time in China 2
:: Shaolin vs ninja
:: The disciples of Shaolin
:: The one-armed Boxer
:: [..] vs. the flying guillotine
-[ Best of Policier
:: Gunmen
-[ Best of Sabre
:: Come drink with me
:: Crouching tiger hidden dragon
:: The magic blade
:: The valiant ones

Once upon a time in China 2

Once upon a Time in China II (La Secte du Lotus blanc - HK), de Tsui Hark, avec Jet Li, Rosamund Kwan et Donnie Yen (1992)

Si le premier opus de cette saga en 1991 reçut un immense succès, son successeur, Once upon a Time in China II, en 1992 connut une gloire fracassante. Le public déjà conquis accueillit ce film comme la suite très attendue des aventures de Wong Fei-hung. Toujours sur fond de trame historique et culturelle, Tsui Hark nous entraîne dans une intrigue pleine de rebondissements.

Pour ce second épisode, il tente de faire un film plus spectaculaire encore, mais également plus romancé. Ici, Wong Fei-hung affronte une secte fanatique nationaliste, farouchement anti-Occidentaux. Loin de se laisser piéger par cette trame qui tend vers le genre de l'aventure rocambolesque, Tsui Hark nous donne de nouveau un aperçu très intéressant de la Chine traditionnelle de la fin du XIXème siècle, de la peur profonde des Chinois face à l'invasion occidentale, et surtout, il nous fait découvrir le début des activités du révolutionnaire Sun Yat-sen*.
Wong Fei-hung, toujours indécis face à l'arrivée de la culture occidentale, défend malgré tout la tolérance pour maintenir la continuité des échanges, aussi bien culturels qu'économiques, entre la Chine et l'Occident.

 

On pourra également se réjouir de l'évolution de la relation entre 13ème tante (interprétée par une Rosamund Kwan toujours plus charmante) et Wong Fei-hung. Cette fois encore, et toujours contre les convenances, c'est 13ème tante qui intensifiera leurs relations. Tsui Hark se sert de leurs rapports ambigus pour égrainer tout au long du film quelques notes humoristiques bienvenues.

En partie chorégraphe du premier volet, Yuen Woo-ping chorégraphie entièrement ce deuxième opus. Il nous offre ainsi d'époustouflants combats, toujours plus impressionnants et plus rapides. Donnie Yen se montre à la fois très nuancé et parfaitement cruel dans son rôle de « méchant », mais surtout démontre ses immenses qualités martiales face à un Jet Li dont le talent est parfaitement utilisé.

Petite ombre sur cette fresque quasi sans défaut, la disparition de Yuen Biao dans le rôle de Fu, remplacé par Max Mok. On y gagne légèrement en humour, mais on y perd beaucoup en kung-fu.

Ainsi Tsui Hark réussit le pari de faire une suite honorable (il est vrai que c'est assez rare) en gardant le même canevas qui fit le succès du premier épisode, mêlant toujours autant de genres, allant des combats à l'humour, puis à l'amour en passant par la réflexion .
Si ce n'étaient la perte d'intensité scénaristique et celle d'un acteur charismatique, ce film friserait la perfection.Ce n'est déjà pas si mal !

Roseline Gay


*Note sur le Dr. Sun Yat-sen (1866-1925) :
Docteur instruit en médecine occidentale, Sun Yat-sen, homme du peuple farouchement hostile à l'ancestral régime mandchou, tient un rôle décisif dans l'histoire de la Chine moderne. Il est ainsi connu de tous comme « le Père de la révolution chinoise ». En 1900, il fonde le « Kuomintang », groupe révolutionnaire du Sud, mais avant tout le Parti du Peuple. Il dirige le 10 octobre 1911 la révolution qui renverse le régime impérial despotique instauré depuis des milliers d'années. Elu, puis réélu, Président de la République, son programme tient en trois mots : nationalisme, démocratie, et socialisme. Transformant Guangzhou (Canton) en un bastion révolutionnaire, c'est lui qui instigue les principes de l'unité nationale et qui pose les bases de la Grande Révolution que mènera Mao Zedong en 1949. Sun Yat-sen décéde d'un cancer à Beijing (Pékin) en 1925.


Les Autres Thèmes
Communiquer
-[ Recommander le site
-[ Livre d'Or
La rédaction
-[ Qui sommes-nous ?
-[ Partenariat et liens
-[ Contactez-nous
 
Copyright © 2000-2006 WebZine AsiePassion.com - Réalisation Bruckernet.com
Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster.