manga, film, animé
l'animation japonaise

Cinéma, aux sources de l'animation japonaise :
des années 20 aux années 50

Les films de Masaoka Kenzô


"Illusion du printemps" (1946)

Masaoka Kenzô est né en 1898. En 1922, il entre dans une école d'art de Kyoto et y apprend la peinture japonaise. Trois ans plus tard, il intègre la maison de production Makino à Kyoto et travaille comme assistant du réalisateur Makino Shôzô. Puis il décide de travailler en indépendant et fonde Donbei Production, toujours à Kyoto, où il produit et réalise le film pour enfant « Umi to Kyuden » (Le palais de la mer) avec l'aide de sa famille.

En 1929, Masaoka entre au studio Nikkatsu Uzamasa à Kyoto. Il travaille d'abord comme cameraman pour des films historiques puis devient rapidement directeur technique au département des films éducatifs. Comme ce département ferme l'année suivante, Masaoka emprunte les coûts de production au lieu de démissionner et réalise « L'île aux singes » qui marque le début de sa carrière de réalisateur de films d'animation. En 1932, il fonde la Masaoka Film Production, chez lui, à Kitano (Kyoto). Il y produit le premier dessin animé entièrement parlant du Japon, « Chikara to Onna no Yononaka » (Le monde du pouvoir et des femmes). L'histoire est celle d'un homme marié fou amoureux de sa dactylo et de sa femme très attirante. Le 15 avril 1933, il est présenté au Asakusa Teikokukan Theatre. Masaoka montre aussi sa maîtrise des effets spéciaux dans « Kaguya Hime » (La princesse Kaguya) notamment, et devient le Méliès japonais.

En 1934, il utilise beaucoup de tissus onéreux et réussit à produire de magnifiques films d'animation comme « Tachan no kaitei ryokô » (Le voyage de Tachan au fond des mers), « Mori no yakyûdan » (L'équipe de base-ball en forêt) et « Chagama ondo » (Le pot qui chante). « Mori no yôsei » (La fée des forêts), particulièrement, était considéré à l'époque comme le meilleur film d'animation japonais. Masaoka était même surnommé le « Disney japonais ». Mais sa maison de production fait faillite à cause des dépenses excessives. En 1937, il fonde la Société japonaise des films d'animation à Kyoto et met en circulation, entre autres, « Benkei et Ushiwaka » de la Shôchiku. Comme la guerre rend difficile l'obtention de films, Masaoka entre en tant que directeur au département de la production des films d'animation de la Shôchiku. Il y écrit et réalise un de ses films les plus connus, « Kumo to churippu » (L'araignée et la tulipe), qui est présenté le 15 avril 1943. Ce film provoque le mécontentement des militaires car, alors que la guerre fait rage, c'est le seul film d'animation dont l'intrigue est sans aucun rapport avec cette guerre.


"Benkei et Ushiwaka" (1939)

En octobre 1945, juste après la fin de la guerre, Masaoka crée la Nouvelle compagnie japonaise des films d'animation avec Yamamoto Sanae (Zenjirô) et Murata Yasuji. En 1946, il réalise « Haru no Gensô » (Illusion du printemps), mais son film n'a pu être projeté car la Toho, qui devait le diffuser, le considéra comme trop artistique pour le public.

Les films de Masaoka Kenzô
"Le pot qui chante" [Chagama no ondo] / parlant / 1934 /11'
"Base-ball en forêt" [Mori no yakyûdan] / muet / 1934 /
"Benkei et Ushiwaka" [Benkei tai Ushiwaka] / parlant / 1939 / 14'
"L'araignée et la tulipe" [Kumo to chûrippu ] / parlant / 1943 / 9'
"Illusion du printemps" [Haru no gensô] / parlant / 1946 / 10'

<<< retour suite >>>

Pour plus d'information :
Maison de la culture du Japon à Paris
http://www.mcjp.asso.fr


Les Autres Thèmes
Communiquer
-[ Recommander le site
-[ Livre d'Or
La rédaction
-[ Qui sommes-nous ?
-[ Partenariat et lien
-[ Contactez-nous
 

Copyright © 2000-2006 WebZine AsiePassion.com - Réalisation Bruckernet.com
Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster