manga, film, animé
Mamoru Oshii

Mamoru Oshii : l'Omnipotent

Mamoru Oshii est la personne la plus incroyable de l'industrie de... Impossible à dire : il touche à tout ! Jugez plutôt...

Animateur, monteur, réalisateur de films traditionnels et d'animés (Avalon, Ghost in the Shell), scénariste (Jin Roh), dessinateur, concepteur de jeux-vidéo, écrivain...

Né en 1951, Mamoru Oshii est vite devenu accro au cinéma. Sa consommation excessive de films lui fait prendre conscience de sa passion pour l'art cinématographique en général.
Fasciné par des ouvres telles que La Jetée de Chris Marker (court métrage en noir & blanc qui a inspiré le scénario de L'Armée des Douze Singes) ou par des réalisateurs comme Andrzej Wajda (Danton, Les Innocents Charmeurs) ou Ingmar Bergman (La Prison, Une Leçon d'Amour), Mamoru Oshii tourne très jeune ses premiers films en 8 mm ou en 16 mm, virevoltant entre sentiments surréalistes et délires métaphysiques.
Ses premières réalisations ne sont que de simples séries (Kenta (1978), La Bataille des Planètes (1979)). Mais c'est en 1983 avec Dallos qu'il réalise et invente le concept de l'OAV (Original Animation Video), dessin-anime uniquement destiné à la vente sur support vidéo ; cette idée est désormais reprise dans le monde entier. Suivent de nombreuses réalisations qui ne connaissent pas véritablement le succès espéré.
En 1988, la réalisation de Patlabor lui est confiée, et le succès fut tel qu'il en réalisa deux séquelles. La même année, il écrivit le scénario de Kereberos Panzer Cops, qui va servir de support a Jin Roh...
Toujours à la recherche d'histoires décalées ou savamment empreintes d'intelligence, Mamoru Oshii ne recule devant aucun support (film, anime, manga.) ni préjugé. Ainsi, Patlabor peut-il se vanter d'être un film surprenant, à mille lieues du simple manga de robots, comme on aurait pu s'y attendre. Bien sur, Oshii ne connait pas que la gloire. Il ne suffit pas qu'une ouvre soit intelligente pour qu'elle rencontre un succès commercial, comme en témoigne Lunette Rouges (1986). Et malgré de très bonnes idées, comme Talking Head, à mi-chemin entre animation et film traditionnel, Oshii devra faire face à quelques difficultés.

Un film, un seul, lui apporte enfin le succès tant mérité. Ghost in the Shell (1995) est un énorme succès aux quatre coins du monde, et de nombreux réalisateurs s'agenouillent devant le formidable travail accompli par Oshii. Ce film résume bien à lui seul les aspirations de Mamoru Oshii. Complexe à souhait, mélangeant science-fiction et métaphysique, Ghost in the Shell reste un de ses meilleurs films.
Fort de ce succès, Mamoru Oshii à maintenant l'opportunité de mettre un terme à la formidable fresque inaugurée avec Kereberos Panzer Cops en 1988, puis continuée avec Straydogs Panzer Cops en 1991. Ce sera Jin Roh, dont il signe le scénario mais dont il confie la réalisation à Hiroyuki Okiura.
Une nouvelle consécration arrive pour lui en 2001 avec un fort succès critique, Avalon. Délires visuels et scénario déjanté, ce film prouve que Mamoru Oshii n'est pas seulement un excellent réalisateur, mais aussi un grand moralisateur, qui a plus que jamais sa place au sein du paysage cinématographique japonais, et même mondial. Assurément l'un des cinéastes les plus fous de l'archipel nippon !


Yaku


Les Autres Thèmes
Communiquer
-[ Recommander le site
-[ Livre d'Or
La rédaction
-[ Qui sommes-nous ?
-[ Partenariat et lien
-[ Contactez-nous
 

Copyright © 2000-2006 WebZine AsiePassion.com - Réalisation Bruckernet.com
Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster