Arts Martiaux - art martial

La Star

Affiche japonaise de Opération dragon de Robert Clouse (1973)Dans une analyse générale des œuvres de Bruce Lee (car ces productions sont de véritables objets d’art), nous remarquons que ces films ne sont que les vitrines de la star.

En effet, le moteur de tous ses films semble inévitablement être son image. Notons les nombreuses scènes où il expose sans modestie son corps si bien sculpté. Dans "la fureur du Dragon ", il s’échauffe sur le balcon, gonfle ses muscles (poitrine, avant bras, dos...) et dévoile toute sa puissance. Ce n’est ni plus ni moins une des incalculables séquences où il n’hésite pas à faire preuve de "narcissisme homo érotique ". C’est d’ailleurs entre autre pour ça que beaucoup de gens sont tombés amoureux de son charisme hors du commun !     Comment ne pas être fasciné par une telle carrure, un tel style ? On n’allait pas au cinéma pour voir ses films, mais pour le voir, lui.
Son comportement, le maintien de son corps dans l’espace, son dynamisme, la précision de ses gestes, la qualité photogénique de son être font de lui un homme du cinéma entièrement audiovisuel. Remarquez la ressemblance ou le calque de l’animal qui se dégage de Bruce Lee. Son cri (aigu et perçant tel un oiseau ou un chat), ses grimaces (pour ressentir toute la colère du dragon), ses mimiques (lécher le sang de sa blessure comme le félin)... de l’art chorégraphique !

Ses films n’innovent en rien, le succès vient de lui ! Pleins de stéréotypes, les films étaient le reflet des conflits de l’époque, des mentalités, de la haine raciale entre les puissances de ce monde. On oppose alors les Japonais et les Chinois (le karaté japonais contre la boxe chinoise ou le kung fu : Chuck Norris contre Bruce Lee), l’Amérique (USA) à la Chine, la Russie...

Les sociologues y voyaient une connexion entre les variations de goûts en matière d’idoles cinématographiques et la société. Ce qui conduit un étranger de 2 pays (USA et Hong Kong) vers le succès planétaire !

Et de là, se construit petit à petit, autour de Bruce Lee, le culte de l’homme le plus fort du monde. Il vit déjà dans un monde à part, celui des stars inaccessibles. Mais lui-même souhaitait garder une image naturelle de ce qu’il est et restera : un voyou, un jeune rebelle provenant de la rue.

Affiche japonaise de La Fureur du dragon de Bruce Lee (1972)Lors d’une interview, où était réuni de grands maîtres en arts martiaux pour débattre de l’efficacité de chacun des styles, un maître d’une quarantaine d’année défie les autres pratiquants : " essayez de me pousser, de me faire décoller du sol ! ". Plusieurs vont essayer mais personne n’y parviendra. Alors le vieux maître invite Bruce Lee à tenter l’affaire. Bruce Lee s’approche, se met en position et attaque avec une technique "rentre dedans " : un superbe coup de poing fait décoller le vieux maître du sol qui ira plonger 5 mètres plus loin.
Bruce Lee dévoilera une phrase mythique : " je ne pousse pas, je cogne et je descends ! "

Autre intervention de la star qui n’est vraisemblablement pas qu’une star : le tournage du film "opération Dragon ". Pendant le tournage de ce film, étaient rassemblé une centaine de pratiquants d’arts martiaux différents pour être figurants. L’un d’eux après une scène de Bruce Lee, interpella le Petit Dragon et le provoqua : " ce sont des scènes accélérées, tu n’es pas aussi rapide que ça ! Viens te battre avec moi ! " A cela Bruce Lee ne répondait pas et préférait se reposer avant de tourner une autre scène. Mais, l’effronté insista encore et encore. Bruce Lee s’approche tranquillement, l’autre attaque et se prend un superbe coup de pied retourné en pleine figure. Bruce Lee ne serait pas que du cinéma !

Des rumeurs, des histoires vraies ou pas ont contribué à faire de lui une star et beaucoup plus. Il est l’idole d’un public affamé de "sensations fortes " que délivrent ses films : affronter la vie et la mort comme un combat sans merci, vaincre les difficultés et développer la rage de vaincre !
L’idole Bruce Lee, comme Claudia Shiffer donne des conseils de beauté, donne des leçons de combat. Développe des principes philosophiques pour se battre dans la rue comme dans la vie.

Plus tard, il accèdera à un stade bien plus élevé que le succès ou la réussite : la mystification de son être et de tout ce qui l’entoure.
Il est devenu depuis sa mort une divinité. Une nouvelle incroyable et bouleversante est venue casser la pleine croissance de la gloire du jeune acteur qui n’avait que 33 ans (en 1973). L’homme le plus fort du monde, le plus sportif, le plus entraîné ou du moins le plus en forme de cinéma meurt si jeune : personne n’y croit !

Le décès de l’artiste constitue le couronnement du culte. Le mystère qui entoure sa mort, les rumeurs toutes aussi incroyables les unes que les autres développe la divination de cet être dés lors surhumain et gravé dans l’histoire du cinéma et des arts martiaux.
Il entre dans les légendes du cinéma comme Marylin Monroe avec une mort mystérieuse ou comme James Dean, lui aussi mort jeune en pleine gloire.

Suite >>>

Hervé

 


Les Autres Thèmes
Communiquer
-[ Recommander le site
-[ Livre d'Or
La rédaction
-[ Qui sommes-nous ?
-[ Partenariat et liens
-[ Contactez-nous

< Partenaires >
Vovinam-Palaiseau.com
Judo

 

Copyright © 2000-2006 WebZine AsiePassion.com - Réalisation Bruckernet.com
Tous Droits Réservés. Si vous souhaitez exploiter le contenu et les photos du site, veuillez contacter le webmaster.